0

F
A
F
R
E
B

L
N
B
F
M
I
B

Les pays du Golfe à l’assaut des clubs européens

À jamais la première. En posant son logo sur le maillot de Chelsea en 2001, Emirates, la compagnie aérienne de Dubaï, a fait décoller la conquête du football européen par les pays et émirats du Golfe. Ces vingt dernières années, jusqu'à l'acquisition en 2021 de Newcastle United par le fonds souverain d'Arabie saoudite et celle, en cours, de l'AC Milan par un fonds basé au Bahreïn, tous ont tenté, avec plus ou moins de bonheur, de superposer à leur image de régimes autoritaires assis sur un tas d'or noir celle d'acteurs bienveillants du beautiful game.

De Manchester City au PSG, Abu Dhabi, le Qatar et même le lilliputien Bahreïn, actionnaire minoritaire du Paris FC, ont investi des milliards d'euros en sponsoring, achat de clubs, transferts de Golden Dafa Casino et acquisition de droits de diffusion des grandes compétitions. Dans leurs dépenses somptuaires, les clubs historiques du Vieux Continent ont vu une concurrence déloyale, les géopolitologues une stratégie de soft power (« pouvoir doux ») et les ONG défendant les droits humains une tentative de sportwashing (« blanchissement par le sport »).

Emirates pose son logo sur le maillot de Chelsea en 2001.
carte du golfe persique

Il y a une autre lecture possible : la transposition sur le théâtre européen des rivalités entre frères de la côte arabe du Golfe. Certes unis par une même histoire, culture et langue, mais capables de graves querelles de famille. Comme le blocus du Qatar par les coalisés saoudien, émirien et bahreïni entre juin 2017 et janvier 2021. Cet épisode sert de fil rouge à notre récit. Celui de trois batailles qui se superposent : les maillots, les clubs, les images.

i88 i88ʘ Ͳ dgټҘ \ kubet kubet kubet gsbetʘ gsbet gsbet Oيʘ X] ܇ worldcup2022 world cup l ټҘ tzʘ ؽwʘ hoyaʘ feida365w_ʘ ؔʘ dk8 Ϡʘ ˾C A˾C

xxfseo.com